Amétropie Blog

Troubles de la vision : causes et moyens de correction

La vue est un sens précieux qui nécessite des soins particuliers tout au long de la vie. Une acuité visuelle normale s’exprime par une vision nette, de près comme de loin. Lorsqu’un trouble de la vue apparaît, il faut consulter un ophtalmologiste qui en déterminera la cause. Les principales pathologies provoquant des troubles de la vision sont la myopie, l’hypermétropie, la presbytie et l’astigmatisme. Chacun de ces défauts peut néanmoins être corrigé afin de rétablir une vue correcte.

Qu’est-ce qu’un trouble de la vision ?

Pour comprendre ce qu’est un trouble de la vision, il faut connaître le fonctionnement de l’œil. Cet organe est traversé par les rayons lumineux, de la cornée à la rétine, sur laquelle les images observées sont converties en signal électrique. Cette information est ensuite transmise au cerveau par l’intermédiaire du nerf optique. L’œil normal, dit emmétrope, possède un point focal sur la rétine. Les rayons lumineux convergent donc tous sur cette membrane qui tapisse la surface interne de l’œil. Si ce dernier est amétrope (optiquement imparfait), les rayons lumineux ne convergent pas sur la rétine. L’image sera donc floue.

Les troubles de la vue

La myopie

Dans le cas d’une myopie, l’œil est trop long ou trop convergent et l’image se forme en avant de la rétine. La vue d’un objet lointain reste floue. Par contre, une personne myope possède généralement une excellente vision de près.

L’hypermétropie

Contrairement à la myopie, l’œil hypermétrope est trop court ou peu convergent. Les rayons lumineux arrivent alors en arrière de la rétine. La distance entre la cornée et la rétine reste insuffisante : la vision de près devient floue.

La presbytie

Étant liée au vieillissement naturel de l’œil, la presbytie reste inéluctable. Elle correspond à la maladie de la vue fatiguée qui apparaît généralement vers 45 ans. Son origine est liée au cristallin qui durcit avec l’âge et perd donc de sa souplesse. Cette lentille transparente conduit la lumière à l’intérieur de l’œil afin de la concentrer sur la rétine. En durcissant, sa courbure naturelle ne peut plus s’ajuster lorsqu’on cherche à distinguer un objet proche. L’œil présente donc une perte d’accommodation. Typiquement, le patient presbyte éloigne l’image de lui afin de la voir nette.

L’astigmatisme

Le plus souvent, la cornée du patient astigmate n’est pas sphérique. Elle possède deux rayons de courbure différents. Un objet donnera donc deux images, mais une seule sera perçue nettement. En fonction du type d’astigmatisme, le sujet ne verra par exemple nettes que les lignes horizontales ou verticales. La gêne visuelle porte donc sur la vision de près comme de loin. Les reliefs auront des pourtours incertains et les images apparaîtront étirées voire déformées. Il y a, de manière fréquente, une confusion entre certaines lettres et une importante fatigue visuelle.

La correction des troubles de la vision

Chacun de ces défauts visuels peut être, en partie ou totalement, corrigé par plusieurs techniques :

  • des lunettes avec des verres de correction spécifiques ;

  • des lentilles de contact ,

  • une intervention chirurgicale.

Les verres de correction et les lentilles de contact

Traitement très répandu et sans risque, les lunettes correctrices rectifient la réfraction des rayons lumineux afin qu’elle se fasse correctement sur la rétine. Chez un patient myope, on utilise un verre divergent (concave) qui permettra de reculer l’image afin qu’elle se place sur la rétine. Chez le patient hypermétrope, c’est l’inverse. On utilise donc un verre convergent (convexe) qui fait se rejoindre les rayons lumineux. Le faisceau sera alors plus étroit et l’image se formera de plus près. Le même principe est repris pour la presbytie. Ces lunettes seront alors portées pour la vision rapprochée. Les verres progressifs, ou multifocaux, permettent quant à eux de corriger plusieurs troubles de la vision en même temps. La correction de l’astigmatisme s’effectue grâce à des verres cylindriques.

Pratiques et discrètes, les lentilles de contact correspondent à un dispositif oculaire qui s’applique directement contre le film lacrymal à la surface de la cornée. Chaque trouble visuel se corrige avec des lentilles spécifiques. Les lentilles souples, rigides, ou de nuit sont prescrites par un ophtalmologiste. Cette alternative aux lunettes nécessite toutefois des soins d’hygiène extrêmement rigoureux et un strict respect des consignes de port. Située à Bordeaux, la Clinique des Yeux vous oriente sur les différents traitements des troubles de la vue. Son équipe pluridisciplinaire, spécialisée dans les soins médicaux et chirurgicaux, soigne de très nombreuses pathologies de l’œil, grâce à un savoir-faire unique.

La chirurgie réfractive

Cette technique correspond aux différentes interventions ophtalmologiques qui permettent de soulager les défauts visuels. Leur but reste d’éviter le port de lunettes ou de lentilles. Des médecins ophtalmologistes conseillent le patient avant d’envisager cette chirurgie. Elle nécessite en effet un bilan préopératoire complet. Ses objectifs, mais aussi ses limites, seront abordées lors d’un entretien. Si ce traitement est adapté à une personne, l’ophtalmologiste l’en informe, mais la décision finale incombe évidemment au patient. La Clinique des Yeux à Bordeaux propose une documentation complète sur la chirurgie réfractive et son déroulement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.